La Taverne Du Captain

Là où les Sextoys sont élevés en plein air

La sodomie et moi

Aujourd’hui pas de jolies photos, d’analyse de boîte marketées ou de conseils d’entretien. Non aujourd’hui on va tout bêtement parler de sodomie, de comment j’y suis arrivé et de mon rapport avec elle.

Pourquoi? Parce que c’est comme tout, ce n’est jamais un long fleuve tranquille! Je vous prévient, article fleuve en approche!

Errare humanum est

On reviendra sur ma sexualité en général dans un autre article mais pour ma part la première fois que j’ai pratiqué une sodomie en tant que donneur c’était accidentel! Oh vous pouvez me traiter de boulet si vous voulez! Était ce l’inexpérience ou la fougue, toujours est-il que ma partenaire de l’époque ne m’a pas stoppé et je remercie donc ce que vous voulez (Le Captain est athée) de ne pas y être allé comme un bourrin!

Une fois l’erreur réalisée, ma partenaire m’a indiqué que je pouvais continuer et c’est donc ce que je fis en étant sincèrement intrigué (et excité, ne le cachons pas) par l’expérience. Suite à celà et l’envie de recommencer de manière plus fréquente, je me suis donc procuré ce livre:

Prix: Consulter sur Amazon.fr

Le but premier était bien entendu de le partager avec ma partenaire de l’époque. Mais étant curieux de nature, je l’ai lu en intégralité. Et ce qui est très intéressant là-dedans c’est que Coralie Trinh Thi au delà de faire l’historique de la pratique et de démonter les idées reçues parle aussi bien de la pratique au féminin qu’au masculin.

Point extrêmement intéressant elle parle de ses propres appréhensions à pénétrer son homme, preuve que les préjugés sont tenaces dans toutes les couches de la population! C’est là que quelque chose s’est mis en marche dans ma tête…

1er déclic

Moi qui jusqu’à ce moment-là lorsque ma partenaire de l’époque essayait de titiller mon anus (si seulement j’avais su 😂) opposait une fin de non recevoir polie mais ferme me retrouvait donc accroupi dans mon 27m2 d’étudiant à explorer le sexe anal à l’aide de mes doigts et de ce fameux livre.  C’est donc dans cette position inconfortable, les pieds nus sur un carrelage gelé (merci l’isolation défaillante!) que j’ai touché du doigt (ahah, blague!) ma prostate pour la première fois. Et oh bordel, j’avais mis le doigt sur un truc (roulements de tambour).

Est ce que j’en ai parlé à ma partenaire de l’époque? En fait non, la relation n’était pas au beau fixe à ce moment là et in fine, j’avais besoin de cheminer seul avant tout.

Le doigt dans l’engrenage

A la même période est passée sur France 3 une émission sur la sexualité ou un homme (hétéro, ça à son importance pour le contexte) expliquait ce qu’était la prostate, sa stimulation et surtout où il a parlé de l’Aneros. Il expliquait les origines de l’aneros, les effets de la stimulation de la prostate ainsi que le mode main libre! C’était la première fois où j’entendais parler de sexe anal au masculin de cette manière là et de ce type de sextoys dédiés au sexe anal masculin. Étant déjà TRÈS curieux sur le sexe et l’anal, mon cerveau (et mon caleçon) étaient en feu 🔥.

Petite précision: on était en 2008, les sextoys c’était encore un peu l’âge de pierre et les boutiques en ligne bien gaulées et sérieuses n’étaient pas légion! Quant à la perception sociétale, si on peut clairement dire qu’aujourd’hui  c’est un chouïa accepté (et encore), autant vous dire qu’il y a 11 ans c’était verboten!

Du coup, je craque mon budget étudiant et je commande un Aneros Helix chez Soft Paris. J’ai rarement autant compulsé ma boîte gmail qu’à ce moment là!

True Story

Et là autant aujourd’hui je suis décontracté des sphincters, autant à l’époque j’ai testé ça en cachette en me demandant vraiment ce que j’étais en train de fabriquer… Culpabilité bonjour! Cependant j’ai compris rapidement une chose: il allait me falloir de plus gros jouets!

A l’aventure moussaillon!

Une fois célibataire jai donc passé de nombreuses commandes que ce soit chez Comptoir Sexy, Sexy Avenue ou bien chez Sexy Center (l’originalité à son paroxysme!) directement en boutique. Au passage j’ai découvert les marques Rocks Off et Fun Factory.

Rétrospectivement, j’ai expérimenté mais assez peu quand on y réfléchit vraiment. J’ai aussi compris que décidément, 5 cm, c’était vraiment gros!

Note: beaucoup de sextoys de cette époque ont fini à la poubelle car dangereux de par leur conception ou leur matière.

Le mordor

J’ai ensuite passé neuf mois avec une partenaire qui était plus que ravie d’expérimenter avec moi l’anal au masculin et qui était elle même fan absolue d’anal.

Et clairement j’ai vraiment avancé et découvert plus en avant ce que j’aimais là-dedans (en tant que donneur et receveur), achetant ainsi mes premiers gode ceintures et allant même jusqu’à expérimenter le fist anal… en tant que receveur of course. Et vous savez quoi? C’est extrêmement cool et pas si inaccessible que ça! Si ça vous intéresse on pourra y consacrer un article 😉

Pour autant étais-je pleinement épanoui? Bah pas vraiment au final. Car en y repensant rétrospectivement je n’avais pas la sérénité qui est la mienne aujourd’hui vis à vis de cette pratique. Sentiment confirmé par les propos tenus par cette ex à mon encontre et nos pratiques une fois séparés. Oui non parce que raconter toute notre vie sexuelle à nos potes une fois qu’on était ex c’était la chose à faire hein.

Est ce que je regrette? Absolument pas! Car j’ai pu cheminer, expérimenter et grandir!

Madame Captain

Madame Captain partage ma vie depuis maintenant 8 ans et dès le début elle était au courant de ma collection de sextoys (qui était pourtant bien plus réduite qu’aujourd’hui!), de ma passion pour l’anal et de ce que j’avais pu vivre.

Est ce que ça a été simple à intégrer dans notre vie intime et notre couple en général? Pas totalement 😅 Je vous renvoie à ses deux articles: “Le sexe et moi” et “32 au test de pureté“.

Ça a été très long à intégrer je crois pouvoir dire que c’est encore en cours.

Pour autant je n’ai jamais été autant en phase avec la sodomie. Ma pratique est irrégulière, parfois intense, parfois dilettante mais toujours présente dans ma tête et mes fantasmes. Bien entendu le blog à tout changé mais il a surtout permis d’arriver à une chose.

J’ai mes fantasmes, madame à les siens, et nous avons les nôtres. Et du coup, la sodomie c’est mon truc. Je le fais dans mon coin comme Madame Captain à pu le raconter dans son article “Les tests en couple” et au final même si ça demande de l’organisation, ce n’est pas dramatique et ça me convient.

Peut être qu’un jour elle arrivera dans la catégorie “les nôtres” mais ça seul l’avenir nous le dira. Et si elle n’y arrive jamais, ce n’est pas bien grave (voire carrément pas).

A présent

J’aime la sodomie peu importe le rôle que j’y joue, mais la pratiquer sur moi c’est mon péché mignon, mon jardin pas si secret que j’aime partager avec ceux que ça intéresse et qui veulent s’y mettre également.

Souvent je regrette de ne pas parler assez de sexualité sur ce blog. Et au final quand je reçois vos mails ou messages privés me demandant conseil sur des sextoys et encore plus sur le plaisir anal et prostatique, je me dis que mes tests participent déjà à la normalisation de cette pratique et ça, c’est assez fabuleux! Parce que le but premier de ce blog c’était ça, ouvrir l’horizon des possibles au curieux et aux timides, et je crois que j’y arrive à mon modeste niveau.

Comme d’habitude, messages et commentaires sont les bienvenus de votre part!

Partager:

2 Comments

  1. Merci pour l’article, très chouette et aidant !

    • Le Captain

      10/05/2019 at 09:18

      Merci pour ton commentaire! C’était un sujet qui me trottait en tête depuis un moment et je suis content que cela puisse aider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *