Un petit test bonus! Pourquoi bonus? Parce qu’aujourd’hui on test un jouet qui est dans ma collection depuis longtemps! Il s’agit du stimulateur prostatique Bad Boy de chez Rocks-Off!

Si ma mémoire est bonne c’est même d’ailleurs le deuxième toy que j’ai jamais acheté! C’est vous dire si lui et moi on a fait du chemin ensemble!

Rocks-Off

Rocks-Off est une compagnie britannique qui propose pas mal de jouets différents pour tous les sexes: vibros, bullets, point g, prostate, anal, cockrings, etc…

Et leur matière fétiche est le silicone! Joie!

Ils sont connus et reconnus dans le milieu, bref, une valeur normalement sûre 🙂

Packaging

Et bah…. Je ne l’ai plus! Il faut dire qu’à l’époque je n’envisageait pas de devenir blogueur!

Néanmoins, si il est comme sur le O-Boy que je testerais plus tard, c’est simple et efficace.

On va pas s’attarder, on passe à la suite!

Aspect général

Le Bad Boy Rocks-Off

The Beast!

Je vais dire ça comme ça: il en impose!

J’avoue que lorsque je l’ai commandé à l’époque, ma notion des dimensions était plutôt floue!

Vu qu’on en parle, on va voir ça de suite:

Dimensions:

  • Longueur : 23 cm (bon ici ça ne veut pas dire grand chose)
  • Diamètre : 2,5 à 4 cm
  • Longueur insérable : 12 cm
  • Poids : 220 g

Bref, un beau petit morceau!

Le Bad Boy est en silicone, ce que j’apprécie toujours énormément. Le silicone est non poreux et non toxique, bref, idéal!

Design Bad Boy rocks-off

Le design indique clairement son utilisation prostatique

La finition de ma version est plutôt rugueuse, pas ce qu’on trouve de mieux sur le marché. Néanmoins, en regardant les images sur le site de la marque, on se rend compte que la formule à très certainement évolué depuis et l’aspect semble plus lisse.

Par contre, c’est dense, genre super dense! La flexibilité ne sera pas son point fort! Et si vous comptiez sur le silicone pour vous aider à l’insertion, c’est cuit! Par contre, la transmission des vibrations est très bonne.

Niveau coloris, le Bad Boy est disponible en noir (la version que j’ai) ou bien dans un rouge flamboyant.

On retrouve le nom du produit sur la base qui comprend le vibrateur bullet, cette dernière est aussi sensée venir stimuler le périnée à l’aide de picots tout aussi durs que le reste du Bad Boy.

Pictos Bad Boy Rocks-Off

Les petits picots en question

Le bullet fourni dispose de 7 modes de vibration (1 sur le mien!) et est waterproof. Gros bémol, il utilise une pile LR1. Bon, ça se trouve partout et l’autonomie est très bonne, mais tout de même, une bonne pile LR6 aurait été bienvenue quite à augmenter la taille du bullet. Pour l’utilisation, c’est simple, un appui pour mettre en marche, un appui pour éteindre!

Bullet 1 Bad Boy Rocks-Off

Excusez les traces de dents, j’étais bourrin plus jeune ^^’

Bullet 2 Bad Boy Rocks-Off

Une petite merveille de vibrations!

La partie insérable est composée de trois « boules » de diamètre croissant entrecoupées de parties plus étroites. La tête est ronde et d’un déjà joli diamètre, là on comprend qu’il vaut mieux être à l’aise avec la pénétration anale pour utiliser ce jouet. Bref, le contraire de ce que j’ai fait à l’époque!

La forme indique clairement sa vocation à venir vous chatouiller la prostate même si on reviendra dessus plus tard.

Les présentations sont faites, place à l’utilisation!

Utilisation

⚠ Attention ⚠

Le Bad Boy étant en silicone, n’utiliser que des lubrifiants à base d’eau! Ceux à base de silicone peuvent au choix détériorer le jouet ou bien le rendre poreux, ce qui est critique pour l’hygiène. Dans le doute, appliquer une goutte de lubrifiant à la base du jouet pour tester.

Aujourd’hui, le Bad Boy est un de mes jouets préférés, mais je vais vous la faire comme pour une première utilisation! Enfin presque ^^

On hésite pas sur le lubrifiant pour le coup que ce soit pour votre anus ou pour le Bad Boy.

Une fois fait, on attaque! Vu le profil de la tête, on prend son temps,  ce que je n’avais pas fait à l’époque, occasionnant quelques douleurs inutiles… Quand je vous dit qu’ il faut savoir prendre son temps!

Bref, la tête passe aisément, la deuxième passe bien également, l’anus étant déjà bien dilaté à ce moment là tout en suivant la courbe du jouet. On sent bien la dureté du jouet, on prend bien conscience de son diamètre et j’avoue que j’adore!

Et… patatra! Est ce que c’est dû à mon anatomie? Au Bad Boy? Je ne sais pas, toujours est-il que misère de misère, pas moyen de faire passer la troisième boule! Enfin presque, je m’explique. Lors des premières utilisation mon manque d’entraînement faisait que je n’arrivais pas à passer les 4cm de cette boule, aujourd’hui cela se fait sans soucis.

Par contre, la tête presse déjà contre la prostate, il est donc difficile d’aller physiquement plus loin. Maintenant j’y arrive mais la pression étant déjà bonne, j’en vois peu l’intérêt, tout comme il m’est difficile de la garder à l’intérieur si je retire mes mains. En effet, la différence de diamètre entre la boule et le corps du Bad Boy n’est pas assez importante pour permettre à votre anus de la retenir à l’intérieur.

Je ne l’ai donc jamais vraiment utilisé en mains libres et je n’ai jamais vraiment goûté au fait de m’asseoir sur la base pour stimuler mon périnée avec les picots.

Est ce que c’est grave? Oh que non!

Malgré ce défaut qui aurait pu être critique, le Bad Boy délivre des orgasmes du feu de Dieu! Tout se combine: La matière dure avec le diamètre imposant, les vibrations intenses qui sont transmises directement sur la prostate, on se retrouve rapidement avec un écoulement de liquide séminal annonciateur d’un orgasme prostatique qui me fauche à coup sûr!

Sans les vibrations la stimulation est bonne, mais une fois le bullet enclenché, on passe dans une autre dimension!

D’ailleurs, par souci d’objectivité, j’ai testé le Bad Boy équipé du bullet fourni avec le O-Boy qui m’a été envoyé par Rue des plaisirs.

Bullet O-Boy

Le bullet du O-Boy

Ce dernier propose les modes suivants:

  • 3 modes de vibrations continues (du plus fort au plus faible, curieux choix)
  • 3 modes ou les vibrations alternent avec un mode On/Off
  • Un mode aléatoire

Le mode le plus puissant correspond à l’unique disponible sur mon bullet original. Les autres sont intéressants mais ne m’ont pas fait décoller plus que ça. Donc je suis resté sur le premier réglage qui me satisfait toujours autant!

Au niveau fonctionnement c’est simple: un appui court pour démarrer, un autre pour changer de mode et un appui long pour arrêter.

Entretien

Le Bad Boy est facile à entretenir car en silicone.

On retrouve donc les grands classiques:

  • Une solution à 10% d’eau de javel
  • Eau chaude et savon
  • Lave vaisselle
  • Le faire bouillir

Évidemment pour les deux dernières options, retirer le bullet est impératif.

Sur ma version c’est toujours galère car le silicone est tellement dense qu’il est difficile de le déformer pour retirer le bullet. On y arrive mais c’est bien galère!

Prix

Le Bad Boy se trouve pour un prix souvent inférieur à 60€ comme chez Amazon.fr.

Ayant acheté ce produit sur une boutique désormais disparue, je me permet de vous rediriger vers Amazon.fr. Tous les achats effectués au travers de mon site ne vous coûtent pas plus cher mais me rapportent un tout petit pourcentage m’aidant à payer l’hébergement du site!

Bilan

Est ce que je le recommande? OUI!

Clairement le Bad Boy est imparfait, c’est un fait.

Mais, il continue à faire partie de ces jouets qui me comblent sur plusieurs tableaux: La qualité des vibrations, la dureté du matériau, le diamètre et la qualité des orgasmes.

Et mine de rien ça compte!

Si vous êtes un peu juste financièrement, attendez une promo vous ne serez pas déçus!

Bad Boy - Rocks-Off

Moins de 60€
Bad Boy - Rocks-Off
83

Qualité de fabrication

8/10

    Matière

    8/10

      Qualité des vibrations

      9/10

        Efficacité

        9/10

          Entretien

          8/10

            Pros

            • Diamètre
            • Dureté
            • Vibrations
            • Efficacité

            Cons

            • Prix (suivant la boutique)
            • Forme
            • Dureté (à cause de la forme)
            Partager: